2016 - Les Voeux

Mesdames, Messieurs les Maires,

Mesdames, Messieurs les forces vives de notre territoire,

Mesdames Messieurs les responsables d'associations,

Cher(e)s collègues du Conseil Municipal,

Mesdames et Messieurs,

Mes cher(e)s Ami(e)s, Mes cher(e)s Concitoyen(ne)s

 

Je ne peux pas commencer mon propos, sans parler de 2015 qui a été une année dramatique pour notre République, dans ce contexte international de guerre et de terreur, avec une montée d’extrémismes haineux, dévastateurs.

Je rends hommage aux victimes, mais aussi aux forces de nos services publics, de sécurité, de secours, de santé, au service des citoyens.

Ils ont été exemplaires dans ces moments de détresse et de crise. Et ils sont bien là au quotidien, tous les jours. Le service public est essentiel à l’équilibre de notre société dans les valeurs de notre République.

Notre République, c’est la patrie des Droits de l’Homme et du Citoyen, la patrie de la Liberté, de l’Egalité, de la Fraternité. Si exemplaire dans le monde, si fortement à la tête des combats pour la dignité des individus où qu’ils soient !

Mon premier vœu sera ce soir que nos concitoyens retrouvent leur fierté, leur rassemblement autour de ces valeurs, trop longtemps tellement banalisées qu’elles en ont été bien souvent oubliées. Que la jeunesse de notre pays, de notre territoire retrouve confiance en nos institutions qui doivent être protectrices, qui doivent aussi libérer les initiatives.

La République, c’est ce qui nous unit, ce qui nous permet de vivre ensemble, dans toute notre diversité. La République n’est pas un concept abstrait, ces attaques nous le prouvent encore une fois. Et la responsabilité de sa pérennité incombe à chacune et chacun, individuellement.

La République c’est le peuple, alors j’émets ce vœu que le peuple se retrousse les manches dans l’union, pour ne pas laisser des extrémistes, des terroristes détruire directement ou sournoisement notre bien commun. Que le peuple ne soit plus, aujourd’hui, uniquement spectateur en n’allant pas voter, en laissant faire. Le peuple doit agir et participer.

Et le peuple : c’est chacune et chacun d’entre nous !

Albert Einstein a eu ces mots justes « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal ; mais par ceux qui les regardent sans rien faire ».

Et 2015 a été une année d’élections ; avec une participation trop faible, mais tout de même à travers ces consultations, son lot de vérités qui bousculent.

Alors interrogeons-nous, toutes et tous qui sommes des républicains, interrogeons-nous sur le fonctionnement de notre République, basé sur une classe politique qui a finalement bloqué tout renouvellement depuis le début des années 80, qui vit sur ses acquis individuels : la politique devenue pour certains un métier, avec son lot d’ambitions personnelles, d’égocentrisme, de non remise en question, de chamailleries grotesques, de polémiques, d’oubli de l’intérêt commun, d’oubli des citoyens.

Ce sentiment, exprimé par les citoyens depuis longtemps et à chaque échéance électorale de plus en plus fortement, ce sentiment d’une élite en autarcie, loin des réalités, s’auto-satisfaisant et ne travaillant que pour s’assurer une existence.

Et s’il y a bien quelque chose qui dépasse les clivages politiques, c’est ça!

La République ne peut que partir en décrépitude si elle devient un outil au service d’une personne ou d’une poignée de personnes qui se succèdent comme dans une ronde depuis plus de 30 ans.

Non ! Les élus ne sont pas choisis comme on donne une gratification, ils sont choisis pour travailler, pour faire au mieux au service de tous et non au mieux pour se trouver réélu en éliminant si besoin tactiquement quelques« adversaires ».

En tant que citoyen, qu’élu local, que Maire, avec mon histoire personnelle, je comprends ce sentiment de rébellion.

Mais cette rébellion ne peut mener vers l’enfermement dans un protectionnisme qui serait notre perte, ni dans un rejet de tout ce qui est différent.

Cette rébellion ne peut être la recette qui mène nécessairement à la recherche, puis àla persécution de bouc-émissaires. Notre Histoire a connu ça et c’est à nous de veiller à ce qu’elle ne recommence pas.

Je reprendrai ici l’alerte très directe de Françoise Giroud: «Ainsi commence le fascisme. Il ne dit jamais son nom, il rampe, il flotte, quand il montre le bout de son nez, on dit : C’est lui ? Vous croyez ? Il ne faut rien exagérer ! Et puis un jour, on le prend dans la gueule et il est trop tard pour l’expulser»

La République, une et indivisible, protectrice de la dignité humaine, est de la responsabilité du peuple, c’est cela que je défendrai, coûte que coûte.

Je lance donc un appel aux citoyens engagés que sont les élus, et plus largement à l'ensemble des citoyens, quelles qu’en soient les convictions républicaines, quelles que soient leurs fonctions dans nos institutions: "La réponse face au repli n’est pas dans l’invective permanente ou le dénigrement, ni dans le retour perpétuel d’accro s du pouvoir, ni dans le rejet de la critique ou l’entêtement partisan, ni dans les arrangements entre amis qui feraient exclure des actions les collectivités locales dont l’équipe n’est pas dans le même cercle politique."

C’est un appel à tous les citoyens responsables, un appel au dépassement des ambitions personnelles et des carrières : un appel à la raison républicaine !

J’appelle tous les élus sur notre territoire, sans exception, à résoudre les problèmes des citoyens, pour l’avenir, plutôt que chercher à résoudre la façon de garder une fonction pour soi-même.

J’appelle à tendre la main à toutes les bonnes volontés et à les accompagner pour participer.

J’appelle à expliquer, sans cesse, ce que nous faisons, pourquoi, comment. Dire quand ça ne fonctionne pas, l’admettre. Changer si nécessaire. Innover avec tout le monde !

Tout cela, je tente avec l'équipe qui m'entoure de m’y attacher, sans cesse, avec humilité. J’apprends tous les jours ; à vos côtés, le Maire que je suis continue de mûrir. J'écoute par exemple avec beaucoup d’attention tout ce qui m'est exposé. Je me pose des questions sur nos actions, nos objectifs, nos réponses aux besoins exprimés, nos choix…

Nous sommes, mon équipe municipale et moi-même au service des habitants, volontaires pour imaginer l’avenir tout en consolidant le quotidien pour vivre bien à St Capraise de Lalinde.

Et nous continuerons de multiplier les initiatives de participation, d’explication, de rassemblement et de co-élaboration. C’est un engagement fort et sincère car j’estime que ce dialogue est essentiel pour redonner confiance en l’action politique en général.

Oui, à nos côtés, dans cette démarche, il y a les citoyens, tous, regroupés ou non dans les associations. Il y a les enseignants, les collectivités partenaires et les services de l’État. Il y a toutes les forces vives de notre commune. Nous sommes également accompagnés par les professionnels de nos services municipaux, et aussi par les entreprises, commerçants, artisans, professions libérales, qui contribuent au bien-vivre de notre commune.

Toutes et tous, je les remercie pour leur engagement. En premier lieu, les membres du Conseil Municipal qui m’entourent.

Et nous avons besoin de nous serrer les coudes au regard de ce que subissent nos collectivités locales.

La baisse drastique des dotations de l’État (moins 20.000 € pour St Capraise en 2015) à laquelle se rajoutent des dépenses supplémentaires afin d'assurer les Temps d'Activités Périscolaires que nous avons voulu gratuits pour les familles (plus 10.000€) est un anéantissement pour les services de proximité. Je le répète dans le vide chaque année, sans aucune réaction de l’État, droit dans son objectif financier pourtant discutable.

Nous subissons également, par cascade, ses effets sur les collectivités partenaires de la commune.

Alors oui, nous avons fait le choix du maintien de services de proximité, répondant au mieux aux besoins des habitants.

Et nous avons tout fait pour limiter au plus juste tous les coûts et nous continuons encore et encore, mais à un moment, cela n’est plus tenable.

Pour 2016, nous savons déjà que les dotations de l’État vont encore être à la baisse, sans encore compter les choix des collectivités partenaires de la commune. Avec par exemple des menaces sur l’offre de services de proximité, des subventions remises en cause au niveau du Conseil Départemental.

En effet, aujourd'hui même, a été proposé par le président du Conseil Départemental de rendre caduc le guide des aides du département et de réfléchir à en établir un autre tout en proposant une augmentation de la part de pression fiscale du département de 4,5% cette année et autant l'année prochaine.

Quelles conséquences directes pour des collectivités comme la nôtre(et elles sont nombreuses)?

Alors que nous avons un projet économique à lancer en ce début d'année dans le cadre de la revitalisation du bourg, avec à la clé 2 commerces nouveaux et un logement… Eh bien! Pas de subvention possible du fait qu'il n'y a plus de guide des aides…. Il faudra attendre que la réflexion sur le nouveau guide soit finalisée, à savoir quand.

Un moyen pour le département de se libérer d'aides à donner pour une bonne partie de l'année, voire tout 2016. En fait, un moyen pour lui, de faire une année blanche au niveau des aides et subventions et d’accompagner gentiment les choix gouvernementaux le doigt sur la couture du pantalon.

Et pour notre collectivité, voire malheureusement d'autres dans le même cas sur le département, attendre et laisser passer les opportunités de développement économique, ou le pire, ce que nous allons être en situation de faire au vu de l'urgence que ce projet sorte de terre pour 2016, tout autofinancer cet investissement sur nos fonds propres communaux, voire l'emprunt.

Au bout, ce sont d'autres projets qui étaient programmés que nous serons obligés de repousser, voire de ranger dans les cartons, au détriment de nos concitoyens et de notre territoire.

C'est un véritable coup de poignard dans le dos des communes de la part du département, et c'est fermer les robinets de l'investissement.

Au bout, ce sont en cascade, des plans de charge en moins pour les entreprises locales du bâtiment et un risque multiplié de récession en termes d'emploi.

Je tiens à le dire ici, notre municipalité sera responsable et créera les conditions pour ne pas remettre en cause son projet de revitalisation du bourg par l'économique et le logement.

Pas étonnant, que dans ce contexte, la famille, dans toute sa diversité, est au cœur de notre action et nous voulons continuer à agir afin que personne ne reste jamais seul à St Capraise.

Pour reprendre les termes de Nelson Mandela, « l’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde ». L’enfance, la petite enfance et la jeunesse représentent un des budgets importants de notre commune aujourd’hui.

Une réflexion est même engagée pour aller vers une aide au permis de conduire, tant cette question devient pour les uns, une priorité, notamment pour l'accès à l'emploi, et pour d'autres de ne pas rester isolés.

J’ai évoqué dès le début de ces vœux mon appel au changement de fonctionnement de l’action politique en général.

J’ai toujours considéré que la solidarité est un engagement individuel, un don de soi bénévole. Mais que seule l’addition de ces choix personnels changera le cours des choses.

Je dis souvent aux jeunes que je croise, mais aussi à d'autres : « regardez ce qu’il se passe autour de vous, sur le paillasson de vos voisins, et voyez en quoi vous pourriez être utiles, et donnez votre avis pour améliorer les choses. »

Pour ouvrir le dialogue, connaître vos avis, partager vos idées, nous avons déjà un certain nombre d’outils de démocratie participative à St Capraise.

Je donnerai l'exemple des Rendez-vous citoyens dans les différents secteurs de la commune que nous avons lancés en cette fin 2015 en prolongement des nombreuses Assemblées citoyennes d'informations et d'échanges qui ont ponctué le mandat précédent.

Rendez-vous de proximité pour être au plus près des attentes des habitants: 3 ont déjà eu lieu, et nous allons poursuivre dès les beaux jours revenus.

Nous voulons faire confiance aux habitants pour nous accompagner, pour imaginer St Capraise demain et au quotidien !

Faire confiance aux habitants, c’est aussi soutenir l’initiative citoyenne.

St Capraise est un village qui vit et j’en suis très fier !

Tout le long de l'année de nombreuses initiatives des associations.

qu'elles soient culturelles, sportives ou solidaires, elles animent et font rayonner notre commune au-delà de ses frontières, et ce dans un contexte pas toujours facile.

Aider, soutenir ces initiatives pour maintenir ces occasions de rencontre et de partage essentielles, c’est un choix, avec un coût, fait en toute responsabilité, par notre équipe municipale.

Nous poursuivrons, en 2016, nos engagements pour favoriser le lien social. Oui, nous allons continuer de favoriser les rencontres, les instants de partage par des lieux de vie, des espaces de liberté et de jeux ce qui fait partie de notre projet municipal.

Nous agissons également pour proposer des possibilités de logements adaptés aux familles, quels que soient l'âge et la situation.

C'est ce qui fait que depuis ce début d'année, nous sommes propriétaires d'un bloc de 4 logements que nous avons acquis auprès d'EDF au barrage de Tuilières.

4 logements auxquels se rajouteront celui dont je vous parlais tout à l'heure dans le bourg, plus un autre, dont la réhabilitation va être lancée, sur la place de l'église.

En même temps, un habitant est aussi, souvent, un salarié. Et notre action, en toute humilité, doit permettre d'aider l'économie locale.

C'est en cela, que nous tentons par les moyens qui sont les nôtres, de soutenir nos commerces et artisans locaux, en permettant l'installation de nouveaux, comme nous voulons le faire cette année..

Ces engagements sont quotidiens car il n’y a pas à St Capraise, les entreprises d’un côté et les habitants de l’autre. Les intérêts et les besoins sont bien communs : logements, transports, facilités de garde d’enfants, loisirs, éducation, proximité des services.

Nous sommes bien unis par un même territoire que nous partageons et que nous aimons, et ce n’est pas propre à notre commune.

St Capraise se veut être une commune de lien entre les territoires, notamment celui constitué par la communauté de communes à laquelle nous appartenons.

Notre objectif est bien de poursuivre notre réussite collective dans l’équité et la solidarité au service de tous les habitants de notre territoire élargi. C’est bien là le principe même de la coopération intercommunale, par laquelle nous pouvons mettre en commun une partie de nos moyens pour mieux servir les habitants de façon équitable.

Mais pour cela, je le dis ici, comme je le dis au sein du conseil communautaire, elle sera ce que nous en ferons et à la condition que nous ayons la volonté de construire du commun une véritable solidarité; ce qui souvent n'apparait pas comme ça dans la réalité.

Et cela ne pourra pas durer, avec un sentiment d'exclusion de certaines communes, sentiment d'être traitées inégalitairement; même si parfois ce n'est pas tout à fait la réalité.

Je ne veux pas ici ce soir jeter l'anathème, mais redire aux élus, soyons d'abord unis avant tout, dans cette volonté commune de répondre aux attentes de nos concitoyens et de notre territoire en termes de développement économique, social, touristique, culturel, sportif et environnemental.

Nous avons des atouts, sachons les faire fructifier pour l'intérêt de l'ensemble.

Je ne vais pas détailler ici ce que nous avons fait ces dernières années dans notre commune. Je crois que cela se voit, se vit à St Capraise.

Entre assainissement collectif, aménagement et sécurisation du bourg, enfouissement des réseaux…

Animation, lien social, soutien aux associations, à notre école, etc…

D'autres projets viennent, j'en ai cités:

Revitalisation du centre bourg, avec 2 commerces au bout de la place du foyer municipal, plus un logement au dessus;

quelques travaux de réhabilitation de 4 logements à la cité EDF, plus un autre place de l'église,

aide au permis,

aménagements environnemental du trou du chai et du parking de Tuilières,

finition de l'aménagement de la gabarre pour transporter du public avec la volonté qu'elle commence à naviguer sur le bief du canal dès cette année…

et bien d'autres projets en réflexion et ceux qui vont monter au grès des rendez-vous citoyens.

 

Beaucoup reste à faire, mais cela ne nous fait pas peur comme on dit.

 

C'est pour cela aussi qu'encore, je continuerai d’appeler les élus locaux à retrouver le sens du service public pour lequel les habitants nous ont apporté leur confiance.

C'est d'ailleurs en ce sens, alors que la fameuse "Loi NOTRe" veut tout reconcentrer, fusionner au niveau des communes, des intercommunalités, des syndicats existants, il y a quelque chose qui n'a pu apparaître automatiquement au grand jour, celle du risque de la disparition du seul syndicat intercommunal d'eau potable du département en régie publique qu'est le SIAEP de Lalinde, et la fin de régies communales dans 64 communes du département qui sont sur ce principe de gestion publique par les élus, et ce au service des grandes sociétés fermières privés.

Eh bien, nos élus du SIAEP de Lalinde que j'ai l'honneur de présider, en lien avec le Syndicat Mixte Départemental de l'Eau refuse de subir cette loi, et en ce sens, ont décidé de créer les conditions pour que ce même SIAEP devienne Régie Départementale afin que les municipalités qui souhaitent rester dans ce type de gestion puissent y adhérer, voire que d'autres syndicats puissent y venir également.

Certes la bataille n'est pas gagnée, et peut-être serez-vous appelés à agir avec les élus.

Voilà en quoi des élus peuvent être utiles pour ne pas subir et être à l'offensive avec les populations.

J'ai fait ce détour dans mon discours pour dire que souvent des agissements peu républicains pourrissent encore l’image de la politique, et font le jeu de partis haineux.

Je me réfère souvent à un républicain, grand homme de notre nation, et cette phrase raisonne particulièrement : Jean Jaurès

« Je ne plierai pas. Je ne m’en irai pas en silence. Je ne me soumettrai pas. Je ne me retournerai pas. Je ne me conformerai pas. Je ne me coucherai pas. Je ne me tairai pas. Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant ».

Cette phrase marque particulièrement mon engagement pour St Capraise, mes vœux pour cette année 2016. Vous aurez pu constater mes alertes lancées sur l’état de notre République, de notre département et notre territoire.

Vous avez pu constater mes appels à la raison, au travail pour le bien commun, à un autre fonctionnement de l’action publique, à retrouver le chemin qui permettra de redonner la confiance du citoyen envers ses représentants, envers la France.

J’ai confiance pour ma part. Je continuerai toujours d’agir en ce sens.

Et à celles et ceux qui parfois me traitent de politicien, de rêveur ou de naïf, je leur réponds OUI sans hésiter car je crois sincèrement que sans rêves, sans amour, il n’y a pas d’action.

Pour conclure, je vous invite toutes et tous à méditer ces propos du Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupery :

« C’est une folie de haïr toutes les roses parce qu’une épine vous a piqué, d’abandonner tous les rêves parce que l’un d’entre eux ne s’est pas réalisé, de renoncer à toutes les tentatives parce qu’on a échoué…

C’est une folie de condamner toutes les amitiés parce qu’une d’elles vous a trahi, de ne croire plus en l’amour juste parce qu’un d’entre eux a été infidèle, de jeter toutes les chances d’être heureux juste parce que quelque chose n’est pas allé dans la bonne direction.

Il y aura toujours une autre occasion, un autre ami, un autre amour, une force nouvelle.

Pour chaque fin il y a toujours un nouveau départ… »

Je vous souhaite à vous, à vos proches, à toutes les familles, pour notre grande famille de St Capraise de Lalinde, une très belle année 2016 de santé et bien sûr de bonheur.

 

Votre Maire, Laurent PEREA